L'été - Albert Camus

Publié le par Dominique

Vision imaginaire d’un texte tiré de L’été

Le Minotaure ou la halte d’Oran

(A.Camus 1939)

Il n’y a plus de déserts. Il n’y a plus d’îles.

Le besoin pourtant s’en fait sentir.

Pour comprendre le monde, il faut parfois se détourner ;

pour mieux servir les hommes, les tenir un moment à distance.

Mais où trouver la solitude nécessaire à la force,

la longue respiration où l’esprit se rassemble

et le courage se mesure. Il reste les grandes villes.

Simplement il y faut encore des conditions.

(…)

Pour fuir la poésie et retrouver la paix des pierres,

il faut d’autres déserts, d’autres lieux sans âmes et sans recours.

Oran est l’un de ceux-là

(…)

Oran a aussi ses déserts de sable : ses plages.

ph1 mer 4 800

Celles qu’on rencontre tout près des portes,

ne sont solitaires qu’en hiver et au printemps.


ph2 P1200768 DSCF5014 asph 2 800

Ce sont alors des plateaux couverts d’asphodèles,

peuplés de petites villas nues au milieu des fleurs.


ph3 corse8 04 192 la mer gronde en contrebas 2 800

La mer gronde un peu en contre-bas.


ph4 P1200768 DSCF5009 asph 800

Déjà pourtant, le soleil, le vent léger, la blancheur des asphodèles, le bleu cru du ciel, tout laisse imaginer l’été,

 la jeunesse dorée qui couvre alors la plage,

les longues heures sur le sable et la douceur subite des soirs (…)


ph5 chevres 4 800

(…) de longues dunes désertes ou le passage des hommes n’a laissé d’autres traces qu’une cabane vermoulue.

De loin en loin, un berger arabe fait avancer sur le sommet

les taches noires et beiges de son troupeau de chèvres.



ph6 corse8 04 197 matin du monde 2 800


Sur ces plages d’Oranie,

tous les matins d’été ont l’air d’être les premiers du monde.

 




ph7 P1080452 crepuscule 2005 800

Tous les crépuscules semblent être les derniers,

agonies solennelles annoncées au coucher du soleil

par une dernière lumière qui fonce toutes les teintes.



ph8 P1080459 soleil rouge 1 800

La mer est outremer, la route couleur de sang caillé, la plage jaune.


 

ph9 rayon vert1 fonce 1 800

    

Tout disparaît avec le soleil vert 


ph10 lune11 1 800

 

une heure plus tard les dunes ruissellent de lune.

Ce sont alors des nuits sans mesure sous une pluie d’étoiles.

( Albert CAMUS)


D’une rive à l’autre,

c’est toujours la mer méditerranée qui baigne les côtes,

les couchants du soleil rougeoient de leurs feux,

les aubes naissantes nous bercent,

et dans mon île,

qui se couvre de marées d’asphodèles au printemps,

la lune le soir, inonde les dunes

et les collines du bord de mer,

les nuits étoilées y sont limpides et apaisantes,

lorsque je tends la main rien ne me sépare de ce qui fût,

cette mer est le lien qui nous réunit,

cette mer où tous ses enfants immergent leurs joies et leurs

peines et trouvent le courage de vivre.


J’aurais voulu connaître Oran et j’aime le Minotaure,

je l’ai illustré avec des paysages imaginaires de ma photothèque.

Une belle histoire relate les mystères de la place forte d’Oran au temps des Grands d’Espagne  « La jeune fille à la citadelle »

de Janine Montupet, née en Algérie  : celle-ci a connu Albert Camus

ph11 camus montupetla jf et la c

Commenter cet article

christian vancau 23/01/2011 17:21


Vraiment superbe.....


Dominique 23/01/2011 19:24



Ah ce texte me suivait et je me disais, je ne connais pas toute cette évocation d'Oran, et je l'ai imaginée...Les oranais lui en ont voulu d'avoir écrit le Minotaure...et pourtant il y a tant
d'amour...



Hambre 08/04/2010 10:18


Kikou Dominique !!! mon billet a été publié hier (enfin), désolée pour ce retard, ça n'arrivera plus :) mici de faire partie de ce challenge !!! ton billet est super jolie, ça change la façon dont
il est présenté !!! bonne journée :) Les Justes à lire pour le vendredi 7 Mai !!!


Dominique 09/04/2010 20:14



Je vais aller voir de ce pas, ma chère Hambre...en ce moment le temps me manque et j'ai une baisse de tonus j'aime bien Camus mais je serai très en retard : je suis allée revoir La chute au
théâtre...c'était super ! Bisous



Bénédicte 02/04/2010 11:59


Tu as su rendre ce texte de Camus tout à fait vivant C'est très beau Bonne journée En ce qui me concerne je viens de mettre en ligne un article sur La peste


Dominique 02/04/2010 15:08



Merci Bénédicte. Je vais lire le tien. A bientôt, Dominique